Monthly Archives: November 2010

Un weekend à Bristol

L'un des plus grands avantages de la vie d'une chercheuse, ce sont les déplacements liés à des colloques, conférences ou autres journées d'études. L'occasion de voir du pays, de découvrir de nouveaux horizons. Sauf qu'on ne choisit pas la destination, et que l'on peut se retrouver au bout du monde, dans un village désert en plein été, sur les bans d'une école primaire non-climatisée à devoir partager ses conclusions sur les cinémas transnationaux. Heureusement qu'il y a aussi de bonnes surprises, comme ce weekend à Bristol.

Bristol c'est une grande ville anglaise déguisée en petite ville de province. C'est aussi de jolis coins de campagne en pleine ville . C'est un dédale de rues qui montent et qui descendent, une promenade sur les quais, de grands jardins, et une vieille ville très sympathique. On peut y visiter la cathédrale datant du Moyen-âge et flâner dans les petites rues où les bâtiments se suivent et ne se ressemblent pas.

Mais marcher ça donne faim! Et à moins de vouloir manger dans l'un des (très) nombreux fast foods  que l'on croise sur son chemin il faut bien ouvrir l'oeil.

Voilà justement un café qui semble un peu différent des autres.

Une fois à l'intérieur je ne suis pas déçue! Il y a un marché du dimanche, on y trouve des gâteaux, des vêtements et des chaussures vintage. On y trouve aussi, et c'est le spectacle le plus intéressant, des anglais. C'est sans doute la touche arty du lieu qui attire une certaine catégorie de clients, mais le résultat satisfait ma vision stéréotypée de l'anglais: un grand échalas habillé en jean slim, pull vintage seventies, affublé de nombreux piercings et d'une coupe de cheveux totalement extravagante. Ou encore d'un gilet et d'un foulard en soie pointillé. sans oublier l'anglaise vêtue d'une jupe toujours trop courte et trop serrée, avec une ribambelle d'accessoires dont le seul point commun est qu'ils sont dépareillés. Tout cela donne une joyeuse bande de larrons qui dévorent d'énormes assiettes de nourriture, ce qui n'a pas trop l'air d'affecter leur ligne.

Un coup d'oeil sur le "sunday menu" me confirme ce que je pensais déjà, nous sommes chez un peuple décomplexé dans son rapport à la nourriture. Entre le "breakfast" servi jusqu'à 15heures et les nombreux burgers, mon coeur balance. Je finis par prendre une assiette végétarienne, synonyme en France de quelques légumes rachitiques mais néanmoins BIO! Voici ce que j'obtiens : Une sorte de pavé végétarien à base de patates douces accompagné de pommes sautées, de racines, de carottes, de choux-fleurs au fromage, de purée, d'une "pie" et j'en passe…

Je ne résiste cependant pas au dessert, que je partage avec mes hôtes Pascale et Massimo qui ont fait de ce séjour une réussite.

N'hésitez pas, si vous avez une envie de week-end anglais, vous savez où aller.

Tiramisù

Le Tiramisù est mon dessert italien préféré et ce n'est pas dû à mon entière ignorance des desserts italiens, non, non, je vous assure! Vous imaginez donc mes nombreuses déceptions après avoir salivé tout le repas dans l'attente du fameux dessert. Même dans de bons restaurants italiens le résultat est souvent décevant. Et pour cause! Un bon Tiramisù est assez long à réaliser si l'on veut obtenir une crème légère et subtile. La qualité des ingrédients joue aussi un rôle très important.

Pour 4 personnes: 16 biscuits à la cuiller ou boudoirs, 20cl de crème liquide, 250g de mascarpone (fromage italien crémeux), un grand bol de café noir, une tablette de bon chocolat noir, 2 jaunes d'oeuf, 4 cuillères à soupe de marsala (vin doux sicilien), cacao.

1- Faites du café bien noir puis laissez le refroidir dans un bol. Râpez le chocolat noir, réservez. Battez la crème fraîche en chantilly avec une cuillère à soupe de sucre, réservez au frais. Mettez le mascarpone dans un bol à température ambiante.

2- battez les jaunes d'oeuf avec le sucre et le marsala dans un saladier, continuez à les battre en mettant le saladier dans une casserole d'eau frémissante jusqu'à obtention d'un sabayon bien crémeux. Continuez à battre jusqu'à refroidissement complet. Si cette étape vous semble obscure, battez seulement les jaunes avec le sucre à froid.

3- Incorporez le mascarpone au sabayon, puis incorporez la chantilly le tout avec une cuillère en bois et avec de grands mouvements circulaires.

4-  Trempez les biscuits dans le café, tapissez des verres ou des ramequins ou un grand plat, recouvrez de crème, puis du chocolat râpé, puis encore de biscuits trempés et finissez par de la crème. Gardez 6heures au frais minimum. Saupoudrez de cacao avant de servir.


L'Osso Bucco de Ludo et mon Risotto au Safran

Cuisiner à deux, c'est deux fois plus rapide, deux fois plus amusant, et surtout deux fois plus facile si vous arrivez à convaincre l'autre personne qu'elle doit absolument faire le plat principal! Voici l'un des produits de ce weekend gastronomique dont je ne m'approprie pas tout le crédit. Ne vous laissez pas décourager, c'est plus facile qu'il n'y parait.

L'Osso Bucco:

Un beau morceau de Jarret de veau par personne, quelques carottes, oignons, des tomates (fraîches ou pelées en boite), un bouquet garni, de l'huile d'olive, un cube de bouillon, du vin blanc sec et de la farine.

1- Dans une cocotte:  faites revenir les oignons et les carottes émincés dans de l'huile d'olive. Ajoutez la chair de tomates concassées et le bouquet garni et laissez mijoter.

2-Faites dorer la viande salée, poivrée et farinée dans une poêle. Puis ajoutez la dans la cocotte.

3- Déglacez la poêle au vin blanc, ajouter la préparation dans la cocotte. (Le vin blanc ajouté dans la poêle fera fondre les sucs de cuisson de la viande, 10cl de vin blancs suffisent pour 2 personnes). Ajoutez un peu d'eau et le cube de bouillon. Salez, poivrez, laissez cuire à couvert et à feu doux 2heures environ. La viande doit être fondante. S'il y a trop de sauce faites la réduire en mettant la viande à part.

4- 5 minutes avant de servir ajoutez la cremolata, c'est à dire du persil hâché, une gousse d'ail pressée, du zeste d'orange et de citron.

Pour le risotto au safran:

Pour 4 personnes: 300g de riz arborio (variété italienne de riz pour risotto, sinon du riz rond), 1 oignon, 10cl de vin blanc, 1,25l de bouillon, du safran en filaments ou en poudre, 75g de beurre et 50g de parmesan.

1- Préparez le bouillon et maintenez le frémissant

2- Hâchez finement l'oignon et faites le revenir dans la moitié du beurre, une fois doré ajoutez le riz et deux pincées de safran et remuez environ 5 min, ajoutez le vinc blanc. Une fois le vin absorbé versez deux louches de bouillon.

Le but est de versez le bouillon étape par étape sans cesser de remuer. Continuer jusqu'à épuisement du bouillon.

3- Ajoutez le beurre et le parmesan. C'est prêt!

Vous pouvez préparer l'Osso Bucco la veille, mais ajoutez la cremolata le jour même. Le risotto est meilleur préparé le jour même.

C'est encore meilleur suivi d'un plateau de fromage 🙂

ici du brie de Melun et de la tomme de Savoie…

Pour épater à bon compte vous pouvez vous contenter du risotto en plat principal 😉

Menu d'automne de Trissa

Quand je n'ai pas le temps de cuisiner, Trissa m'invite à manger chez elle. La dernière fois c'était un délicieux Gaspacho maison! Mais ce n'est plus vraiment la saison…

J'ai malheureusement raté sa toute nouvelle recette de velouté potiron-marrons inspirée des produits du marché. Voici un petit rattrapage illustré :

Peler et couper le potiron, le laver puis le faire bouillir avec les marrons lavés et incisés en croix.

Une fois cuits les egoutter, peler les marrons et mixer le tout. Ajouter un peu de crème légère liquide.

Saler et déguster!

Vous pouvez poursuivre ce menu de saison par la tarte champignon-tomates :

Un rouleau de pâte feuilletée.
Quelques tomates bien mûres
Des champignons de paris frais
Tapisser le fond de la tarte préalablement piquée avec une fourchette avec de la moutarde. disposer les champignons coupés en tranches, puis les tomates. Sel, poivre + ciboulette. Enfourner 20 mins.